<body>


Hommage à Jean-Claude Labrecque

Voici le texte de l'hommage rendu par Raôul Duguay à l'un de nos plus grands cinéastes, qui a filmé La Nuit de la poésie en 1970 et 1980.

JEAN-CLAUDE LABRECQUE (1938-2019)

In Pace


Cher Jean-Claude

Me voici devenu un jardin
Avec ses mille bourgeons, avec ses mille fleurs
Comme un bouquet de paix en ton honneur

À la Nuit de la poésie en 1970
Accompagné par l’Infonie
J’arrivais en culottes courtes sur un tricycle doré
Je venais prononcer un discours sur l’enfance de l’art
En me souvenant des paroles de ma mère :
«Si tu veux devenir poète
Mange ta soupe à l’alphabet. »
Que la lettre soit dans l’esprit et l’esprit dans la lettre
Que Toutunchacun redevienne propriétaire de lui-même
Que les colombes s’envolent de la bouche de Toulmonde
Que Toulmonde soit le nombril du monde


Comme une troisième oreille
À l’écoute des silences entre les mots
De notre délivrance
Ta caméra était à trois doigts de ma bouche

À la Nuit de la poésie
Pour la première fois dans l’histoire
Le poids de la parole vive des poètes
Était plus important que celle des politiciens
Ta caméra était braquée sur la bouche de la poésie
Tu as vraiment donné un sens à notre devise : Je me souviens.

Enfin la parole sortait des ténèbres de la peur
Enfin dire ce que l’on est
Est le premier pas d’une marche vers notre souveraineté

Dans tous tes films tu as senti
Palpiter le cœur du peuple
Et donné à voir l’espérance

Ton héritage aux générations de l’avenir
C’est le portrait de l’identité d’un Kébèk
En marche vers sa libération

S’il est vrai que l’œuvre d’un artiste transcende l’homme
Ton précieux et généreux legs à l’histoire du Kébèk
Consiste dans ta lecture précise et précieuse de notre territoire
Et la mémoire vibrante des gens qui l’habitent

Il est vrai qu’une image vaut mille mots
Mais pour un poète, un mot vaut mille images

Il n’y a de repos que pour celui qui cherche
Il n’y a de repos que pour celui qui trouve
Tout est toujours à recommencer
La vérité est une petite poignée d’eau
Qui coule entre nos doigts
Le corps meurt, l’esprit demeure

Il n’y a de repos que pour celui
Qui cherche la source de la vie
Il n’y a de repos que pour celui qui la trouve
Au plus profond de son esprit
Au plus profond de son cœur

Mon cher Jean-Claude
Ce voyage sur Terre est bien court
Tu as consacré beaucoup de tes jours
A donner avec générosité
Le meilleur de toi-même
Au bénéfice de notre communauté

Mon cher Jean-Claude
Bravo et merci
De continuer d’être dans notre mémoire
Ce que tu as toujours été :
Un œil de lumière sur notre histoire

Que la lumière éternelle de l’amour
Entoure chacun de tes jours
Dans l’autre monde
Où tout est vivant
Et à jamais allélouille

Il n’y a de repos
Que pour celui qui trouve la paix
Il n’y a de repos que pour celui qui va
Cueillir le miel de l’éternité

Bon voyage mon ami JEAN-CLAUDE