<body>


Lumière sur Terre

Le poème Lumière sur Terre, écrit pour la Société Alzheimer de Montréal et publié dans le livre D'amour et d'oubli aux Éditions SAINTJEAN. Une dée originale de Claudie Stanke.

Lumière sur Terre

De plus en plus s’éclipse mon monde d’antan
Où de la tête aux fesses je jouissais pleinement
De la floraison de ma jeunesse et de ses belles promesses
De plus en plus s’évanouissent les éclairs fulgurants de mes rêves

Où temps et espace étaient ouverts infiniment
Aujourd’hui autour de mon ombre je tourne en rond
De plus en plus flou mon univers me fait vibrer à l’envers
Et pourtant entre les rives de l’émotion et de la raison
Je cherche un pont vers un ailleurs où chante le bonheur
Au fil des ans très sournoisement je suis devenu un autre
Moi qui ai toujours nourri une mémoire très vive de mon futur
Je ne me souviens plus de mon nom ni de celui des autres
Et j’ai de moins en moins de mots pour raconter mon aventure
Confinés dans un silence aveugle mes 100 milliards de neurones
Ne se téléphonent plus à chaque instant comme avant
Aujourd’hui tout ce qui était près de moi s’éloigne de plus en plus
Petit à petit les lumières de mon esprit perdent leur rayonnement
Mais j’entends parfois l’écho lointain de nos rires étincelants
Que reste-t-il de ces jours où j’étais en amour avec tout ce qui vit ?
Où je faisais partie de la beauté du monde la buvais jusqu’à la lie ?
Avant d’aller confondre mes atomes libérés avec ceux des étoiles
Donne-moi encore ton sourire ma plus belle des lumières sur Terre

Ton sourire si contagieux
Je m’en souviendrai jusqu’à la fin des temps


Raôul Duguay
 
Poème de Raôul se mettant dans la peau d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, et qui fera partie d’un livre préparé par Claudie Stanke qui sera publié à l’automne 2021 aux Éditions Guy St-Jean.


Porte-à-porte

Cette chanson, écrite pour l'Espace culturel de Repentigny, parle du pont qu'il faut jeter entre les générations et de l'importance de l'art dans l'évolution de la société.



Porte-à-porte
Paroles et musique de Raôul Duguay
Arrangements : Alain Sauvageau
Enregistrement de la voix : Dany Charette


Fête nationale 2021

À la demande du réalisateur de l’émission consacrée à la Fête nationale du Kébèk,
diffusée sur tous les réseaux de télévision le 24 juin,
Raôul Duguay a écrit et déclamé le texte qui suit :
Fête nationale 2021

SALUT AU DRAPEAU

Ô KÉBÈK
Pays de nos amours

Oui, au Kèbèk nous sommes tissés serrés

Chacune, chacun de nous est le Kébèk
Entre nos générations entre nos nations
Jetons des ponts

Chacune, chacun de nous est une fleur de lis
Le fleurdelisé est le symbole de notre identité
De notre histoire, de notre culture, de notre langue

i

Notre fierté, notre victoire, c’est de parler français
Et de vivre ensemble en paix

Drapeau du Québec, salut!
À toi notre respect, notre fidélité, notre fierté
Vive le Québec,
Vive notre drapeau

Raôul Duguay

Ô KÉBÈK (Québec)
Hymne national


Ô KÉBÈK
KÉBÈK, C’EST NOUS, GENS D’ICI, GENS DE CŒUR
PAYS UNIQUE DU NORD DE L’AMÉRIQUE
GRAND PEUPLE UNI SOUS LE FLEURDELISÉ
NATION QUI FLEURIT ET ASPIRE AU BONHEUR

SOUS L’ARC-EN-CIEL DE L’AMOUR
NOUS CHANTONS LIBERTÉ AU FIL DES JOURS
NOUS GARDONS EN MÉMOIRE NOTRE HISTOIRE

NOUS ALLONS À LA RENCONTRE
DE NOS RESSEMBLANCES
ACCUEILLONS NOS DIFFÉRENCES
RESPECTONS NOS CROYANCES

NOTRE FIERTÉ, NOTRE VICTOIRE
C’EST DE PARLER FRANÇAIS
ET DE VIVRE ENSEMBLE EN PAIX

Ô KÉBÈK
PAYS DE NOS AMOURS

Paroles : Raôul Duguay
Musique : Raôul Duguay – Alain Sauvageau
Vidéoclip réalisé par Yves Langlois


Prix Prestige Impératif Français à Raôul Duguay

Gatineau, le 19 mars 2021 - 

25e Francofête

Pour souligner la Journée internationale de la Francophonie, Impératif français décerne son Prix Prestige Impératif français à trois grandes personnalités du Québec : Raôul Duguay, Me François Côté, avocat et doctorant, Roxanne Bruneau, artiste éclatée.

La réputation de Raôul Duguay n’est plus à faire car au cours des années, il s’est taillé une place de choix dans le patrimoine culturel québécois. Cependant, la musique n’a pas de frontières. Loyal ambassadeur de l’Abitibi-Témiscamingue, il est monté sur les scènes de la France, de la Belgique, de l’Allemagne, du Mexique et des États-Unis plus de 3 000 fois pour y présenter son répertoire impressionnant.

Originaire de l’Abitibi, il se définit comme poète, philosophe et peintre. Son œuvre rend hommage aux bâtisseurs de son coin de pays. Sa chanson originale à succès La Bittt à Tibi, composée en 1975, a été intronisée au Panthéon des Auteurs et Compositeurs Canadiens, à Toronto, en 2008. M. Duguay a à son actif 18 recueils de poèmes et 8 pièces de théâtre. En plus, il compte 17 disques en solo, 48 en collectif, 9 musiques de film et 8 musiques pour spectacles multi-médias. 

Le Prix Prestige Impératif français 2021 est remis au poète, auteur-compositeur-interprète, philosophe et peintre Raôul Duguay pour l’ensemble de son œuvre originale et créative en français.



Double retour aux années '70

ALLLÔ TOULMOND
Samedi 20 février, 21h00

Raôul Duguay et Klô Pelgag chantant Alllô Toulmond
à l'émission Belle et Bum (Télé-Québec), 
le 20 février à 21 h 00. (Photo : C.Dufresne)

À l’émission BELLE ET BUM (Télé-Québec), ne manquez pas de voir et d’écouter RAÔUL DUGUAY interprétant, avec KLÔ PELGAG, la première chanson de son premier disque, ALLLÔ TOULMOND enregistré en 1975.


ODE À L’INFONIE

Samedi 20 février, 19h30

Photo : Martin Morissette

Une relecture par Philippe Hode-Keyser dirigeant le groupe 333 ToutArtBel, de l’incroyable expérience artistique du groupe multidisciplinaire fondé par Walter Boudreau et Raôul Duguay dans les années '70. Un plongeon sans filet aux frontières du temps, des styles et… de la raison!  

Dans le cadre de Festival Montréal/Nouvelles Musiques / 10e édition (2021) — Au-delà des frontières.


INFOS ET VISIONNEMENT
333 ToutArtBel (dir. Philippe Hode-Keyser)



L'ALBUM « La santé par le rire » (1995)

Les Disques Trente-Trois
Produit avec le Dr Jean Drouin
Co-production : Fonds Santé Culture, Québec




LES 'CHANSONS'

Cliquer au début pour écouter l'album en continu.
Cliquer sur un titre pour l'écouter.



À propos de l'album La santé par le rire

La santé par le rire, c'est sérieux!
par Raôul Duguay
La santé par le rire, que vous vous apprêtez à écouter, n’est pas une farce! Mais l’une des médecines les plus efficaces pour supporter et traverser la Covid.

Peut-être serez-vous étonnés d’apprendre qu’en 1982, en moyenne, on riait 19 minutes par jour; en 1995, 4 minutes par jour. Aujourd’hui, combien de minutes riez-vous par jour? Le rire est bon non seulement pour la santé physique mais aussi pour la santé mentale. Rire est une médecine préventive : cent rires équivalent à 10 minutes d’exercice à la rame, aide à régulariser la respiration, la tension artérielle, a un effet anti-douleur. Rabelais disait que le rire est le propre de l’homo sapiens et Hippocrate, le père de la médecine, prescrivait le rire dans ses rituels de guérison. Plusieurs médecins d’aujourd’hui l’ont bien compris : « Un peuple malade est un peuple qui ne chante plus, ne rit plus, ne danse plus », disait Michel Oden, médecin. J’ai pu constater par moi-même combien le rire d’une personne révèle des indices sur sa personnalité et son taux d’énergie créatrice.

C’est en 1981 que j’ai commencé d’animer les ateliers La Voie de la voix. J’en ai animé des centaines surtout au Québec, mais également en France, en Belgique, aux États-Unis, en République Dominicaine, au Mexique et au Costa Rica.

Rire libère la voix. Notre voix est le miroir clair ou embué de notre personnalité. Empreinte sonore de nos pensées et de nos émotions, elle révèle l'énergie qui se cache derrière nos mots, notre façon d'appeler la vie et d'y répondre. C’est pourquoi, le principe qui gouverne mes ateliers est que l'énergie précède la technique, comme le senti précède le pensé.

L'énergie est la force motrice de la personnalité. Tout blocage de l'énergie est un problème, un déplaisir, une souffrance. Passer du problème à la solution, c'est être en contact avec ses émotions, en identifier les limites d'expression et redécouvrir son plein potentiel créateur. L'énergie monte dans les racines de la voix par un travail sur la respiration, le rythme, le registre et l'intensité.

Après avoir participé à l’un de mes ateliers où l’expérience individuelle et collective du rire est un ouvre-voix certain, le docteur Jean Drouin, exalté par l’expérience, m’a invité à produire une cassette mettant en vedette L’Homo Riens. Selon le docteur Drouin, Le rire est une médecine préventive : cent rires équivalent à 10 minutes d’exercice à la rame, aide à régulariser la respiration, la tension artérielle et a un effet anti-douleur. La conclusion à laquelle arrive la recherche scientifique aujourd’hui en ce qui a trait à la thérapie par le rire : le rire stimule les endorphines dans notre cerveau, ces glandes qu’on secrète quand on se sent très détendu, quand on se sent bien. Et comme j’ai pu le constater dans mes ateliers de voix, le rire est un exercice respiratoire qui favorise grandement la libération du potentiel vocal. Enfin, le docteur Drouin m’a cité l’exemple du journaliste américain Norman Cousin qui est parvenu à se guérir de l’arthrite (mal de dos chronique) en regardant des films comiques.

Le rire, c’est sérieux. Le rire, c’est l’une des plus florissantes industries au monde. Pourquoi cette industrie est-elle aussi prospère? Pourquoi les foules se bousculent-elles pour aller entendre des humoristes? Et pourquoi l’accès à cette thérapie par le rire dans les salles de spectacle, est-elle confinée à attendre la disparition de la Covid depuis mars 2020? Et pourquoi les émissions dont la mission est de faire rire battent-elles des records d’audience?

Actuellement, la planète entière est plongée dans le vide sensoriel et mental causé par la Covid. L’humanité est en souffrance depuis plus d’un an et le sera encore on ne sait pour combien de temps. Comment peut-on imaginer, outre le vaccin, que le rire soit l’un des remèdes les plus efficaces pour traverser cette épreuve collective?

Nous sommes à une époque où l’on a le mal à l’âme et c’est le sérieux qui est au pouvoir et contrôle. On a besoin de retrouver la poésie à l’intérieur de soi, de retrouver l’émerveillement de l’enfant qui rit très souvent à travers ses jeux.

Si le rire devient une maladie contagieuse, vivement des rirathons partout sur la planète! Il faut jeter un pont entre l’Homo sapiens et l’Homo Riens!


Tous droits réservés.
Le texte des paroles et le fichier audio peuvent être téléchargés à des fins d'utilisation personnelle seulement.
Leur utilisation commerciale est soumise à la Loi sur le droit d'auteur.
raoulduguay.net est le site Web officiel de Raôul Duguay.


Je peins (extrait du film Par-delà La Bittt à Tibi)

Voyez Raôul Duguay dans son processus unique de création visuelle en même temps qu'on entend un poème en hommage à Jean-Paul Riopelle. Cette scène met en valeur trois arts que pratique Raôul : peinture, sculpture et poésie. 

Extrait du film de son ami Yves Langlois intitulé: Raôul Duguay, Par-delà La Bittt à Tibi.

Vous êtes invité.e à contribuer au sociofinancement de la version télévisuelle du film 
en achetant des giclés des œuvres de Raôul Duguay.

Lien pour participer au socio-financement sur Indiegogo 


Socio-financement pour la télédiffusion du documentaire RAÔUL DUGUAY PAR DELÀ LA BITTT À TIBI


« Ce film réalisé par Yves Langlois, l’un de mes meilleurs amis, me présente à 80 ans comme un artiste multidisciplinaire et comme un philosophe. Précieuse et appréciée sera votre aide au socio-financement d’une version télévisuelle.  »
Présentation par le réalisateur, Yves Langlois 
"Le 13 février 1939 chu né à Val d'or en Abitibi". On connaît tous ce couplet de "La Bittt à Tibi", une des plus importantes chansons du Québec. Raôul a donc eu 80 ans le 13 février 2019. Pourtant ce grand artiste, porte-étendard des années 70, n'a pas encore vu sa carrière mise à l'écran. Plus qu'une simple bio, ce film accompagne Raôul pendant plus d'un an et suit son processus créatif unique. 
Nous voulons maintenant y intégrer des archives et monter une version pour télédiffusion. Pour ce faire, nous avons besoin de votre aide et Raôul, dans sa générosité légendaire, vous offre en contrepartie de votre contribution, des oeuvres d'art de sa création : musique, chansons, poésie, peintures, sculptures... que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Raôul est maintenant un artiste peintre bien coté sur le marché des arts. Ses toiles prennent de la valeur à chaque année. Il a eu la générosité d'en mettre plusieurs à votre disposition dans ce projet. 
Merci de propager cette information.
Bonne nouvelle
Le film Raôul Duguay, Par-delà La Bittt à Tibi du réalisateur Yves Langlois fait partie de la programmation du Festival Québec Cinéma (Ancien festival international des films du monde de Montréal), le plus important festival de cinéma au Québec (au printemps 2021).


« Raôul Duguay par delà La Bittt à Tibi »

Yves Langlois et Raôul Duguay

Le film documentaire du cinéaste Yves Langlois RAÔUL DUGUAY PAR DELÀ LA BITTT À TIBI sera présenté dans le cadre du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

La présentation aura lieu le 3 novembre 2020 à 13 h 30 au Théâtre du Cuivre.
N.B. — À cause de la COVID, Raôul ne pourra être présent à ce festival.

« Le 13 février 1939, j'suis né à Val d'Or en Abitibi… » On connait tous La Bittt à Tibi, une des chansons les plus importantes du Québec. Raôul Duguay a célébré ses 80 ans le 13 février 2019. Pourtant, ce porte-étendard des années 1970 demeure méconnu. Plus qu'un biopic, ce film, réalisé par son grand ami, met en lumière toutes les dimensions de l’artiste originaire de Val-d’Or, qui nous présente sa philosophie, sa musique, sa poésie et ses peintures. Avec ses amis, il perce les secrets de l'inspiration. Ce film intimiste, tourné durant plusieurs années, présente son processus créatif unique et spectaculaire.

Yves Langlois est scénariste et réalisateur depuis plus de 30 ans. Son œuvre allie contenu et recherche formelle. Il s'est démarqué par ses documentaires qui éveillent la conscience. Ses films ont reçu de nombreux prix, entre autres, à Montréal, Toronto, New York, San Francisco, Lyon et Moscou. Il a notamment reçu le prix du Meilleur documentaire engagé au Festival des films sur les droits de la personne de Montréal pour Le Dernier envol (2007).

Le film est distribué par Les Productions Lany.

Vendredi, 30 octobre, entrevue avec PÉNÉLOPE à Radio-Canada Radio en compagnie d'YVES LANGLOIS pour parler de ce film sur sa vie d'artiste : Raôul Duguay Par-delà La Bittt à Tibi présenté au Festival du film international en Abitibi-Témiscamingue. On peut l'écouter ici en rattrapage.


L'Océan et l'Homme

L’Océan et l’Homme

Si je pouvais discuter avec l’océan, que nous dirions-nous?

L’ Océan :

« Chacune de mes gouttes d’eau est un appel à la vie
Entre le creux et la crête de mes vagues bleues
Tu as navigué vers des horizons remplis de promesses
J’ai fait voguer tes rêves jusqu’aux confins du monde »

L’Homme :

« Ô Mère des tout premiers vivants pardon
Pardon d’avoir souillé la pureté de tes eaux
Sali tes marées par le pétrole et le plastique
Et vidé les entrailles nourricières de ton royaume »

L’Océan :

« Ô Homme imprudent ! Il était temps
Que tu te souviennes de la source de ta vie
Il n’est jamais trop tard pour bien faire
Mais presque… »


Raôul Duguay
Saint-Armand-les-Vents
81 ans


Ton sourire


De plus en plus s’éclipse mon monde d’antan
Où de la tête aux fesses je jouissais pleinement
De la floraison de ma jeunesse et de ses belles promesses
De plus en plus s’évanouissent les éclairs fulgurants
De mes rêves où temps et espace étaient ouverts infiniment
Aujourd’hui autour de mon ombre je tourne en rond
De plus en plus flou mon univers me fait vibrer à l’envers
Et pourtant entre les rives de l’émotion et de la raison
Je cherche un pont vers un ailleurs où chante le bonheur
Au fil des ans très sournoisement je suis devenu un autre
Moi qui ai toujours nourri une mémoire très vive de mon futur

Je ne me souviens plus de mon nom ni de celui des autres
Et j’ai de moins en moins de mots pour raconter mon aventure

Confinés dans un silence aveugle mes 100 milliards de neurones
Ne se téléphonent plus à chaque instant comme avant
Aujourd’hui tout ce qui était près de moi s’éloigne de plus en plus

Petit à petit les lumières de mon esprit perdent leur rayonnement
Mais j’entends parfois l’écho lointain de nos rires étincelants
Que reste-t-il de ces jours où j’étais en amour avec tout ce qui vit
Où je faisais partie de la beauté du monde et la buvais jusqu’à la lie

Avant d’aller confondre mes atomes libérés avec ceux des étoiles
Donne-moi encore ton sourire ma plus belle des lumières sur Terre

Ton sourire si contagieux je m’en souviendrai jusqu’à la fin des temps

Raôul Duguay


Décembre 2019


Une entrevue à ne pas manquer de Stéphane Bureau avec Raôul Duguay sur Ici Première (Radio-Canada) diffusée le 14 décembre 2019. L'entrevue est disponible en rattrapage sur le site de l'émission Bien entendu.

Décembre 2019 jusqu'au 5 janvier 2020
À Laval sur le site d'Illumi, la Galerie Illumi, sous la tente VIP, est heureuse de présenter l’exposition des œuvres faisant partie de la série Fleurir à l’Infini. L'originalité de ces tableaux, c'est qu'ils ont été créés en tandem par deux peintres : Raôul Duguay et Henri Desclez. On peut en avoir un aperçu ici.


Hommage à Jean-Claude Labrecque

Voici le texte de l'hommage rendu par Raôul Duguay à l'un de nos plus grands cinéastes, qui a filmé La Nuit de la poésie en 1970 et 1980.

JEAN-CLAUDE LABRECQUE (1938-2019)

In Pace


Cher Jean-Claude

Me voici devenu un jardin
Avec ses mille bourgeons, avec ses mille fleurs
Comme un bouquet de paix en ton honneur

À la Nuit de la poésie en 1970
Accompagné par l’Infonie
J’arrivais en culottes courtes sur un tricycle doré
Je venais prononcer un discours sur l’enfance de l’art
En me souvenant des paroles de ma mère :
«Si tu veux devenir poète
Mange ta soupe à l’alphabet. »
Que la lettre soit dans l’esprit et l’esprit dans la lettre
Que Toutunchacun redevienne propriétaire de lui-même
Que les colombes s’envolent de la bouche de Toulmonde
Que Toulmonde soit le nombril du monde


Comme une troisième oreille
À l’écoute des silences entre les mots
De notre délivrance
Ta caméra était à trois doigts de ma bouche

À la Nuit de la poésie
Pour la première fois dans l’histoire
Le poids de la parole vive des poètes
Était plus important que celle des politiciens
Ta caméra était braquée sur la bouche de la poésie
Tu as vraiment donné un sens à notre devise : Je me souviens.

Enfin la parole sortait des ténèbres de la peur
Enfin dire ce que l’on est
Est le premier pas d’une marche vers notre souveraineté

Dans tous tes films tu as senti
Palpiter le cœur du peuple
Et donné à voir l’espérance

Ton héritage aux générations de l’avenir
C’est le portrait de l’identité d’un Kébèk
En marche vers sa libération

S’il est vrai que l’œuvre d’un artiste transcende l’homme
Ton précieux et généreux legs à l’histoire du Kébèk
Consiste dans ta lecture précise et précieuse de notre territoire
Et la mémoire vibrante des gens qui l’habitent

Il est vrai qu’une image vaut mille mots
Mais pour un poète, un mot vaut mille images

Il n’y a de repos que pour celui qui cherche
Il n’y a de repos que pour celui qui trouve
Tout est toujours à recommencer
La vérité est une petite poignée d’eau
Qui coule entre nos doigts
Le corps meurt, l’esprit demeure

Il n’y a de repos que pour celui
Qui cherche la source de la vie
Il n’y a de repos que pour celui qui la trouve
Au plus profond de son esprit
Au plus profond de son cœur

Mon cher Jean-Claude
Ce voyage sur Terre est bien court
Tu as consacré beaucoup de tes jours
A donner avec générosité
Le meilleur de toi-même
Au bénéfice de notre communauté

Mon cher Jean-Claude
Bravo et merci
De continuer d’être dans notre mémoire
Ce que tu as toujours été :
Un œil de lumière sur notre histoire

Que la lumière éternelle de l’amour
Entoure chacun de tes jours
Dans l’autre monde
Où tout est vivant
Et à jamais allélouille

Il n’y a de repos
Que pour celui qui trouve la paix
Il n’y a de repos que pour celui qui va
Cueillir le miel de l’éternité

Bon voyage mon ami JEAN-CLAUDE


Fête nationale du Kébèk — Juin 2019

Discours patriotique de Raôul Duguay 
prononcé lors des Festifolies en Armandie à Saint-Armand, le 23 juin 2019 

Le pont entre générations et nations 

Kébékoises Kébékois
Pour la 185 ième fois
Joyeuse Fête nationale!

Dans toute l’Armandie
Ô Kébèk!
Comme tu es beau
Quand tu fais flotter bien haut ton drapeau
Et plus particulièrement ici à Saint-Armand-les-Vents
Où je vis depuis bientôt cinquante ans
Où j’ai planté mon bureau en plein milieu des champs

Aujourd’hui dans les villes et villages du Kébèk
Nous sommes 8 millions à célébrer avec fierté
La beauté de notre identité
Et celle de nos heureux partages

C’est dans notre cœur et dans notre esprit
Que nous portons notre patrie chérie
Notre cœur est aussi grand que notre territoire
Notre cœur est aussi grand que notre histoire

Ô KÉBÈK, pays de nos amours

Pères, mères, grands-pères, grands-mères, arrière-grands-parents
Vous, qui avez survécu à vos misères
Vous, qui avez fait naître notre nation
À partir de vos rêves et de vos passions
Générations d’antan
Vous êtes toutes demandées au parloir
Le temps est venu de communiquer avec vos enfants
D’allumer dans leurs cœurs le feu sacré de l’espoir
Car nous sommes ce qui nous survit
Nous sommes unis à tout ce qui vit

Le véritable tremplin de l’évolution
C’est le dialogue entre les générations,
La coopération entre les nations
Comme la liberté commence par l’éducation
La coéducation de toutes nos générations
Voilà la victoire de la véritable démocratie
Voilà la gloire d’une authentique humanité

Lorsque jeunes et moins jeunes sont réunis
Ils se donnent mutuelle propulsion
Vers une plus grande créativité
Dans la bonté et dans la dignité

Nous sommes ce qui nous survit
Bien sûr, toute génération se définit
En se différenciant de celle qui la précède
Mais ce sont le partage et l’entraide
Qui créent la solidarité intergénérationnelle
Et donnent à notre nation une dimension universelle

Partout sur notre planète d’autres peuples découvrent
La puissance et l’abondance de notre génie créateur
Les portes de tous les pays du monde s’ouvrent
Pour accueillir et jouir des fruits de notre labeur

Notre puissance, c’est notre imagination
Faire en même temps l’utile et l’agréable
Bâtir un monde équitable et viable
Un monde prospère qui protège la nature
Notre culture a bon vent dans ses vastes voilures
Les lumières de nos esprits rayonnent autour de la Terre
Dans la vibrante symphonie de notre humanité
Nous chantons : Je me souviens

Il est venu enfin le temps de faire alliance
Avec les peuples autochtones qui étaient ici bien avant nous
Et de leur exprimer notre reconnaissance
Pour nous avoir appris à parler à l’esprit de la Terre

Kébèk, c’est nous, gens de toutes les couleurs
Gens venus d’ailleurs pour prendre ici demeure

Que vous soyez Français, Anglais, Russe ou Chinois
Indien, Africain, Allemand, Belge ou Haitien
Mexicain, Américain, Portugais, Vietnamien ou Italien
Vous êtes toutes et tous des Kébékoises et des Kébékois
Chacune et chacun dévoile les richesses de sa culture
Et entre nos cultures, il n’y a plus de clôtures

Car la richesse de l’humanité
Réside dans sa diversité
L’unité dans la diversité
Est toujours promesse de prospérité

Chacun chacune de nous est le Kébèk
Belle journée pour se donner des beaux becs

_______________________________________________________

Lettre à la jeunesse

Comme le Kébèk est beau sous le ciel
Quand il rêve de voler de ses propres ailes!
Ô belle jeunesse du Kébèk
Richesse infinie de notre espèce
Promesse d’un nouveau monde meilleur
Nous sommes vos racines vous êtes nos fleurs
Vous portez le destin de notre nation

Vous, nos enfants, nos amours pour toujours
Au plus profond de nos coeurs
Pour faire grandir notre bonheur
Nous vous avons rêvés

Pour donner un sens à notre humanité
À l’histoire de nos pères et de nos mères
Dans notre chair dans notre sang
Dans la joie et dans la lumière
Nous vous avons portés
Vous êtes nos plus beaux printemps
Sur nos propres épaules nous vous avons élevés
Pour que vous puissiez voir venir au bout de l’horizon
L’espérance d’un avenir heureux
Où la vie sera pour chacun et pour toujours
Le royaume de l’amour

Aujourd’hui, c’est votre tour, vous nos chers enfants
À votre tour de porter au bout de vos bras
Vos enfants et les enfants de vos enfants
Pour qu’ils réalisent leurs rêves ici-bas

Vous êtes des rêveurs des rêveurs réveillés
La tête dans le ciel et les deux pieds sur terre
Votre vision est locale et planétaire
C’est vous qui nous portez vers notre pleine liberté
« La liberté commence où l’ignorance finit »
C’est Victor Hugo qui l’a dit

De toutes les générations du Kébèk
Vous êtes la plus et la mieux éduquée
Votre foi dans la nation, voilà notre espoir
Votre génie créateur, voilà notre victoire

Entre nos générations, bâtissons de nouveaux ponts
Ouvrons de grands chemins vers notre coexistence
Notre vrai point d’appui pour soulever la nation
Jusqu’à son indépendance, c’est l’interdépendance
De toutes nos générations

La première chose que tout peuple digne de son nom
Se doit de conquérir et de chérir
C’est sa langue, source et fleuve de sa culture
Écho de son cœur et de son esprit

C’est dans la langue française que le Kébèk vibre
Mais aucun être humain n'est vraiment libre
S’il ne peut lire ni écrire son propre nom
Au Kébèk une personne sur cinq est analphabète
Et tout le tour de cette planète
Une personne sur deux signe son nom par une croix

Sans la souveraineté de sa langue une nation
Ne peut évoluer vers la clarté de son identité
Notre patrimoine, nos coutumes, nos traditions,
Nos symboles, notre environnement, nos valeurs
Nos richesses naturelles et culturelles
Constituent l’héritage des ancêtres qui nous ont élevés
À la hauteur des rêves qui feront notre bonheur

La volonté du peuple, voilà la démocratie
Le peuple, c’est la nation
Vouloir savoir être au pouvoir
De soi est l’ultime avoir
Une nation qui ne travaille pas à son indépendance
Sera à jamais colonisée et en perpétuelle dépendance

Pour l’instant, c’est maintenant ici
Qu’il faut changer le rêve en réalité
Enfin accoucher de soi-même
En se disant qu'on s’aime

Depuis 400 ans notre rêve le plus grand
Aura toujours été de chanter liberté
ENSEMBLE

Aînés du Kébèk
Bravo et merci
De nous avoir mis au monde

Jeunesse du Kébèk
Bravo et merci
De vous mettre au monde
Et de le réinventer

Entre nos générations jetons des ponts
Avec l’ancien et le nouveau
Créons le pays qu’il nous faut

Ô Kébèk, pays de nos amours
Vive le Kébèk libre !


Kébèk, c’est nous, gens d’ici gens de cœur
Pays unique du nord de l’Amérique
Grand peuple uni sous le fleurdelisé
Nation qui fleurit et aspire au bonheur

Sous l’arc-en-ciel de l’amour nous chantons liberté
Au fil des jours nous gardons en mémoire notre histoire
Nous allons à la rencontre de nos ressemblances
Accueillons nos différences, respections nos croyances

Notre fierté, notre victoire, c’est de parler français
Et de vivre ensemble en paix

Raôul Duguay


Artiste pour la paix 2019

Les APLP honorent Robert Lepage, Nathalie Bondil et Raôul Duguay.
 (Photo : Francine Duquette)

Depuis 30 ans, l'organisme Les artistes pour la paix honore des artistes dont « l'art et les actions favorisent la paix et la justice sociale ». Cette année, le comité des artistes pour la paix (APLP), composé de six personnes, dont Judi Richards et André Michel, a choisi de remettre le prix Artiste pour la paix à l'homme de théâtre Robert Lepage. La directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil, et le musicien, poète et militant Raôul Duguay sont aussi honorés.

Raôul Duguay, membre honoraire des APLP

« Raôul est un des premiers militants, au milieu des années 80, à avoir mis en place Les artistes pour la paix. C'est quelqu'un d'important. Il a passé sa vie à lutter et, alors qu'il a 80 ans, il vient de s'engager à protéger l'esker à Saint-Mathieu-Berry, où il y a apparemment la meilleure eau du monde. Il est toujours très actif malgré son âge vénérable. »
André Michel, Président des Artistes pour la paix.


Raôul Duguay, Artiste pour la paix honoraire (23 avril 2019)

Notre conseil d’administration a décidé de distinguer un artiste multidisciplinaire, un de nos co-fondateurs en 1983, par le titre d’artiste pour la paix honoraire. Cher Raôul Duguay, je te préviens tout de suite, il n’y a aucun avantage financier. Honoraire veut dire que tu vas continuer à être ce que tu as toujours été, un artiste d’honneur dont la voix formidable va encore résonner dans un désert censuré par commanditaires et médias officiels.

 À l’instar de nos trois autres artistes honorés ce matin, tu es d’abord un artiste libre. Après des études en philosophie, tu as suivi la vocation musicale de ton père, avec ton fabuleux clin d’œil à la musique folklorique traditionnelle, la Bittt à Tibi, riche de paroles vraies de poésie engagée. Auprès de Walter Boudreau de la Société de Musique Contemporaine du Québec, tu as pleinement participé a à l’aventure de l’Infonie. Née durant l’ouverture au monde d’EXPO 67, votre musique audacieuse et populaire s’est affirmée contre la grisaille sérielle sévissant alors dans la stérile élite du Conservatoire et des universités. L’Infonie s’est imposée aussi en mars 1970 dans la Nuit de la poésie, filmée par le grand Jean-Claude Labrecque. Le public y découvrait les élucubrations d'un Raôul Luôar Yaugud Duguay, affublé en contre-grand-prêtre, proclamant le yin féminin et le yang masculin unis en complémentarité, bref le Taô, chemin de la simplicité, davantage qu’une religion chinoise deux fois millénaire, une philosophie mondiale du Touttt est dans touttt. 

Les deux pieds sur ta terre de Saint-Armand, voisin du cinéaste Jean-Pierre Lefebvre, tu t’illustres depuis deux décennies dans ta peinture de cosmogonie lumineuse, qui te laisse le temps de t’engager corps et âme pour le bien commun planétaire. Car grâce à notre co-président d’honneur Richard Séguin - que j’avais le plaisir d’accompagner au piano en 1997 à l’UQAM -, un OSBL a vu le jour pour travailler sans relâche pour la défense de notre eau : EAU SECOURS! Durant plus de 12 années, tu as été le représentant des Porteuses et Porteurs d’eau de cette coalition et tu as tout récemment été nommé Porteur d’eau national pour préserver notre plus grande richesse collective, l’eau pure de l’esker d’Amos, menacée par des projets miniers en Abitibi et tu as toujours milité pour la protection de notre fleuve Saint-Laurent, mis en péril par des projets de pipelines albertains de pétrole des sables bitumineux et d’entrepôt de matières radioactives à Chalk River sur l’Outaouais.

Cher Raôul, j’ai hâte qu’on travaille ensemble, avec le C.A. et sa plus jeune membre, Valéry Latulippe, pour un avenir de paix façonné de mains et de voix féministes. Car j’aurais tant aimé que notre duo soit un quatuor, avec nos regrettées Artistes pour la Paix posthumes Hélène Pedneault et la Mohawk Myra Cree, animatrice libre de Radio-Canada en mémoire de qui un livre de Marie-Laurence Rancourt se prépare. Je te cite en conclusion : Entre nos cultures, il n’y a plus de clôtures; ici, dans notre patrie chérie du Kébèk, (écrit avec deux « k », comme dans les vieux documents franco-algonquins), que nos molécules flottent de joie!

Pierre Jasmin, ancien Président des Artistes pour la paix


  Pour l’amour de la vie

Depuis que le monde est monde
Y'a même pas eu cent jours de paix
Et à toutes les cent secondes
Pendant qu'on se beurre le portrait

Ailleurs des milliers d'enfants
Impatients d'accoucher de la mort
Ailleurs au bout de leurs seins
Des mamans font du lait de leur sang

Mais ici maman la Nature
A les seins en crême un peu sûre
Et pour le Tiers-Monde nos ordures
Feraient encore de la bonne confiture

Ailleurs des milliers d'enfants
Se font putains pour un peu de pain
Ailleurs des petits conquérants
Tirent du fusil dans des vagins

Mais ici à peine 200 humains
Assistés de 500 000 savants
Font du pain dont nous sommes le levain
Et leur vin est le fleuve de notre sang

Deux milliards de dollars par jour
Pour faire manger la mort à l'amour
Trente millions de militaires
Avec leurs gueules en canons sur la Terre

Paix ! Paix ! Paix ! La seule victoire, c’est la paix
Pour l'amour de nous, pour l'amour de la vie
Assez de morts et de blessés
L'arme suprême, c’est l’amour
La force d'aimer est une force désarmée

Mais que puis-je faire pour la paix
Je me sens bien souvent impuissant
Devant les missiles des puissants
Mon arme n'est qu'une chanson d'amour

Que peuvent changer les mots
Même les plus forts même les plus beaux
Quand d'autres disent que la paix
Ce n'est que mort qu'on la connaît

La mort commence par l'indifférence
Mais l'espoir c'est toute la différence
J'entends toutes les nations de la Terre
Chanter chacune son hymne à la paix

À l'oreille des actionnaires de la guerre
La voix des peuples plus forte que leurs canons
Six milliards de voix qui chantent en canon
Une chanson pour l'amour de la vie sur Terre

Paix! Paix ! Paix ! La seule victoire, c’est la paix
Pour l'amour de nous, pour l'amour de la vie
Paix! Paix ! Paix ! Assez de morts et de blessés
L’arme suprême, c’est l’amour
La force d'aimer est une force désarmée

Paix! Paix ! Paix ! La seule victoire, c’est la paix
Si je rêve seul de paix, la paix ne sera qu'un rêve
Paix! Paix! Paix! La seule victoire, c’est la paix
Si Toulmond rêve de paix, elle deviendra vraie




Écouter POUR L'AMOUR DE LA VIE

1999. Paroles et musique : Raôul Duguay
Arrangements : Alain Sauvageau — Disque CASER Raôul Duguay
Les Disques Pingouin. SELECT Distribution (PNC-126)
___________________________________________________________________________

Note historique
En 1983, à Hambourg, lors du rassemblement des Performing Artists for Nuclear Disarmament, présidé par Liv Ullmann et Harry Belafonte, Raôul Duguay en compagnie de la danseuse Margie Gillis et accompagné par le pianiste et arrangeur Jimmy Tanaka, a interprété la version originale de cette chanson alors intitulée La bombe de paix, et enchanté une foule de plus de 100 000 pacifistes en "sifflant" sa pièce musicale L'oiseau pour la paix.




Écouter La BOMBE DE PAIX

1985. Paroles et musique : Raôul Duguay.
Arrangements : Jimmy Tanaka — Disque DOUCEUR
 Les Disques Trente-Trois. Productions Normand Latourelle. Distribution Fusion 3 (N T-3)



Écouter L'OISEAU POUR LA PAIX

1985. Musique : Raôul Duguay avec Jimmy Tanaka.
Arrangements : Jimmy Tanaka — Disque DOUCEUR
 Les Disques Trente-Trois. Productions Normand Latourelle. Distribution Fusion 3 (N T-3)


Bref CV Raôul


Février 2019


Levons notre verre à notre Esker!

APPUI DE TAILLE : RAÔUL DUGUAY DEVIENT NOTRE PORTEUR D’EAU NATIONAL

St-Mathieu-d’Harricana - 10 février 2019 -
C’est avec beaucoup d’émotion que le comité NO Vi, le comité R.A.V.I.E SM et le comité de Citoyens pour la protection de l’esker annoncent la venue d’un grand partenaire dans le dossier : Raôul Duguay, abitibien d’origine, artiste multidisciplinaire, représentant des Porteuses et Porteurs d’eau pour la Coalition EAU SECOURS pendant plus de dix ans, a signé, avec près de 5 000 Abitibiens (NdW : plus de 31 000, fin-février), la pétition pour la protection de l’Esker et s’engage à être notre Porteur d’eau national.

Après ses recherches sur le sujet, Raôul Duguay explique: « Selon tous les comités de citoyens, Sayona Mining doit soumettre son projet Authier au BAPE (Bureau d’Audience Publique sur l’Environnement) dont les évaluations indépendantes, objectives et exhaustives faciliteront l’acceptabilité sociale. Cet exercice démocratique permettra aux experts en hydrogéologie de pousser plus loin leurs questionnements à la minière et aux citoyens d’obtenir de façon claire les réponses à leurs questions et inquiétudes. De par sa neutralité, le BAPE, dont le processus est transparent et indépendant, offre des couches supplémentaires d’évaluation. Comme les entreprises doivent soumettre davantage d’études et que tous les ministères concernés soumettent des questions et des commentaires, l’examen du BAPE, qui propose ses recommandations au gouvernement, va plus en profondeur et comporte des consultations publiques ».

Pour plus d'infos :


Raôul Duguay s'implique pour la protection de l'esker



Pétition pour que le projet Authier de mine de lithium à ciel ouvert de Sayona Mining soit soumis au BAPE

Mise à jour (Radio-Canada.ca)

19-02-19 : Projet minier controversé près d'un esker : une étude du BAPE serait nécessaire

19-02-20 : Mine de lithium : front commun de l'opposition pour réclamer un BAPE
« Je défends la démocratie, la beauté de la nature et je défends ce joyau qui est une fierté dans le patrimoine de l'Abitibi », a déclaré Raôul Duguay en point de presse.


L'astronote — Au programme d'un concert de l'OSTR

Samedi, 3 novembre 2018 à 20 h  
Aux frontières du Cosmos
Concert de l'orchestre symphonique de Trois-Rivières
Salle J.-Antonio-Thompson à Trois-Rivières.

Notamment au programme, L'Astronote, Concerto pour harmonica et orchestre symphonique du compositeur Daniel Lessard.
Texte, Raôul Duguay; harmoniciste, Pierre Parent; narration, Stéphane Demers.

L’évènement sera filmé par Yves Langlois qui réalise actuellement un documentaire sur la carrière artistique de Raôul Duguay.

Lire le poème L'Astronote


Nos racines psychédéliques

Lundi, 29 octobre 2018
Lancement du livre
« Nos Racines Psychédéliques,
l'héritage électrisant de la génération MAINMISE »

de Marc-André Brouillard, en collaboration avec l'équipe de MAINMISE.
    « Un livre inclassable qui jette un regard neuf sur les idéaux, les enjeux et les acteurs d’une époque marquante!

    Emblème de la contre-culture, le magazine Mainmise, dont le premier numéro a été lancé en pleine Crise d’octobre, a profondément marqué le Québec de 1970 à 1978 en plus de s’ériger en digne représentant de l’ère sexe, drogues et rock’n’roll. Reconstituant l’âme de Mainmise à travers certains morceaux choisis, ce livre important témoigne du foisonnement intellectuel et créatif qui animait le monde dans les années 70.

    Documents d’archives, articles originaux, collages et témoignages replongeront le lecteur au cœur d’une époque fascinante. Celui-ci découvrira les aspirations de toute une génération à travers les sujets phares du magazine: musique, drogues, alimentation, vie dans les communes, sexualité, environnement, philosophies orientales, visions du Kébek d’alors. Chaque page tournée permet de constater que bien des rêves fous de la génération Mainmise sont devenus réalités! »

    Guy Saint Jean, Éditeur


L'étincelle — L'enfance de l'art


Aux sources du psychédélique (Guy Morin)

AUX SOURCES DU PSYCHÉDÉLIQUE

« Dans un monde où la nouvelle drogue est la consommation à outrance des virtualités du cyberespace électronique, Aux sources du psychédélique est un livre important qui nous rappelle que les premiers visionnaires d’une conscience planétaire écologique ont été les hippies des années soixante. On y apprend également que l’expérience psychédélique a donné naissance aux premiers "human-be-in" où l’art canalisait le vertige d’être ensemble à partager la joie de vivre. À cette époque, il n’y avait pas d’écran entre les humains solitaires tentant de se brancher sur les satellites de l’informatique. Dans les "communes", on entrait directement en communication par la chair et par l’esprit. On se branchait sur l’infini. On prenait le temps d’être. "Vivre et laisser vivre" était un principe humanitaire et sacré. »
Extrait de la préface écrite par Raôul Duguay pour le livre Aux sources du psychédélique de Guy Morin, publié par Les presses de l'Université Laval, collection Paradis artificiels, 2008.

Texte intégral de la préface



Aux sources du psychédélique (Préface de Raôul Duguay)

    Préface de Raôul Duguay : Aux sources du psychédélique (Guy Morin)
    Dans les années soixante, la révolution tranquille évacuait la religion du pouvoir civique et amorçait le passage d’une société rurale à une société moderne. En même temps, la jeunesse québécoise expérimentait une révolution neurologique qui allait changer sa perception de la réalité et modifier sa conception de la société. À cette époque, l’absorption d’un simple petite goutte de LSD, branchait subitement l’expérimentateur sur un autre monde. Grâce à l’expérience psychédélique, qui permettait la « dissolution de l’ego » et faisait émerger le sentiment de la fusion avec toute la création, être branché voulait dire être conscient de l’amour universel et avoir la « certitude d’une unité absolue avec tout ce qui est vivant ». Le LSD était un orgasme de l’esprit.

    À l’heure de la révolution numérique, du triomphe de la technologie, du miroitement de l’illusion de l’instantanéité universelle du partage via le Face book, qui n’est pas branché sur le cyberespace ne vit pas vraiment dans ce monde. À l’heure où le destin de l’humanité se résume au choix entre le profit et la vie, entre l’avoir et l’être, retourner Aux sources du psychédélique ne fut pas pour moi le simple souvenir d’une époque révolue où Toulmond, chantait avec les Beattles : All you need is love.

    Bien que très brève, l’expérience psychédélique que j’ai vécue a changé ma vie. Étudiant en philosophie à l’Université de Montréal, j’étais en quête d’absolu. Comme l’absolu ne peut qu’être ressenti et qu’il transcende la raison, ce n’est qu’en prenant mon premier « buvard d’acide » et en écoutant Lucy in the Sky with Diamonds des Beattles que j’ai vécu l’absolu, ce sentiment que tout est un, que touttt est dans touttt. J’avais l’impression de voir à travers la matière, l’esprit qui en est la substance, de voir la structure subatomique des choses et d’entendre battre partout le cœur de la vie. Il m’apparaissait clair que tout dans l’Univers chantait l’amour. Bien sûr, pour toute personne n’ayant pas vécu cette expérience, je ne vivais plus dans ce monde. Et pourtant, il m’était donné de rêver les yeux ouverts, d’ouvrir toutes grandes les portes de l’imagination créatrice, de faire « l’expérience de l’essence, celle de la transcendance du temps et de l’espace, caractéristique de l’expérience mystique ». Et cela donnait un autre sens à mon existence. J’avais le sentiment que ma vie ne m’appartenait pas, mais plutôt, que j’appartenais à la Vie. En cela consistait la véritable renaissance.

    Sur le plan sociopolitique, avec les adeptes du LSD, beatniks et hippies, renaissaient les valeurs humanistes (respect de la vie, dignité humaine, pacifisme, fraternité, partage des biens) qui contredisaient le rêve rose de l’individualisme capitaliste pour lequel « la seule voie pour atteindre le bonheur » consistait dans la production et la consommation de biens matériels. Alors que sévissait la guerre au Viêt-Nam, à la place des balles, les hippies, refusant d’aller combattre, prônant que « la vie doit être vécue par plaisir et non par nécessité », mettaient des fleurs dans les canons des fusils et chantaient Peace and Love.

    Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est à la suite de mon expérience psychédélique, que j’ai vécu ma révolution vraiment spirituelle. Certes, le LSD est un accélérateur de connexions neurologiques, un amplificateur de la perception sensorielle, mais ses effets sont éphémères. C’est en le remplaçant par la méditation et par des techniques de respiration que j’ai connu une véritable et continue expansion de conscience. La plus forte, la plus naturelle et la plus bienheureuse des drogues est le contrôle de l’oxygène dans le cerveau. Aujourd’hui, en tout temps, en tout lieu, je peux avoir accès à la source de tout ce qui est sans l’aide d’aucun hallucinogène.

    Dans un monde où la nouvelle drogue est la consommation à outrance des virtualités du cyberespace électronique, Aux sources du psychédélique est un livre important qui nous rappelle que les premiers visionnaires d’une conscience planétaire écologique ont été les hippies des années soixante. On y apprend également que l’expérience psychédélique a donné naissance aux premiers « human-be-in » où l’art canalisait le vertige d’être ensemble à partager la joie de vivre. À cette époque, il n’y avait pas d’écran entre les humains solitaires tentant de se brancher sur les satellites de l’informatique. Dans les « communes », on entrait directement en communication par la chair et par l’esprit. On se branchait sur l’infini. On prenait le temps d’être. « Vivre et laisser vivre » était un principe humanitaire et sacré.

    Raôul Duguay