<body>


Le pont entre générations et nations

Fête nationale du Kébèk
24 juin 2015 (Quartier Latin - Montréal)


Kébékoises Kébékois
Joyeuse 181 ième Fête nationale!
Dans tous les quartiers de Montréal
Comme le Kébèk est beau
Quand il tient bien haut son drapeau
Et plus particulièrement ici dans le Quartier latin
Où notre culture est un festin

Aujourd’hui dans nos villes et dans nos villages
Nous sommes 8 millions à célébrer avec fierté
La beauté de notre identité
Et celle de nos heureux partages
Je suis un citoyen de Saint-Armand-les-Vents
Dans le comté de Brome-Missisquoi
Je suis un Kébékois
Universel et indépendant

Petite étincelle dans ce grand feu de joie
Je suis venu monter en amour avec vous Kébékoises et Kébékois
C’est dans nos cœurs et dans nos esprits
Que nous portons notre patrie chérie

Notre cœur est aussi grand que notre territoire
Notre cœur est aussi grand que notre histoire
Notre soif est aussi grande que le Saint-Laurent
L’amour de la patrie, nous l’avons dans le sang

Pères, mères, grands-pères, grands-mères
Et vous, chers ancêtres qui avez survécu à vos misères
Vous, qui avez fait naître notre nation
À partir de vos rêves et de vos passions

Vous, générations d’antan
Vous êtes toutes demandées au parloir
Le temps est venu de communiquer avec vos enfants
D’allumer dans leurs cœurs le feu sacré de l’espoir

Le dialogue entre les générations
Est le tremplin de l’évolution
Des entreprises qui véhiculent et protègent notre culture
Comme de celles qui assurent l’économie de notre futur

La liberté commence par l’éducation
La coéducation des générations
Voilà la victoire de la véritable démocratie
Voilà la gloire d’une authentique humanité

Lorsque jeunes et moins jeunes sont réunis
Ils se donnent mutuelle propulsion
Vers une plus grande liberté
Dans la bonté et dans la dignité

Nous sommes ce qui nous survit
Toute génération se définit
En se différenciant de celle qui la précède
Mais ce sont le partage et l’entraide
Qui créent la solidarité intergénérationnelle
Et donnent à notre nation une dimension universelle

Partout sur notre planète d’autres peuples découvrent
La puissance et l’abondance de notre génie créateur
Les portes de tous les pays du monde s’ouvrent
Pour accueillir et jouir des fruits de notre labeur

Ici au Kébèk notre patrie chérie
Nous apprenons ensemble à vivre notre vie
Des gens d’ici et des gens venus d’ailleurs se côtoient
Toute personne habitant au Kébèk est Kébékoise ou Kébékois

Que vous soyez Français, Anglais, Russe ou Chinois
Indien, Autochtone, Africain, Allemand, Belge ou Haitien
Mexicain, Américain, Portugais Vietnamien ou Italien
Vous êtes toutes et tous des Kébékoises et des Kébékois
Chacune et chacun dévoile les richesses de sa culture
Entre nos cultures, il n’y a plus de clôtures

La richesse de l’humanité
Réside dans sa diversité
L’unité dans la diversité
Est toujours promesse de prospérité

C’est le pouvoir de la volonté d’une nation
Qui rend possible sa libération
C’est à nous de décider :
Perpétuelle dépendance ou indépendance

La première liberté est de vouloir pouvoir savoir
Parler à qui l’on veut, où l’on veut, quand on veut
Comme on veut, de ce que l’on veut
Dans la langue du Kébèk

Parler en français pour exprimer
À l’oreille du monde entier
L’essence de notre existence
La spécificité de notre présence

Chanter en français pour exprimer
L’intensité de nos émotions
La grandeur de nos pensées
Et les couleurs de notre nation

C’est dans la langue française que le Kébèk vibre
Mais aucun être humain n'est vraiment libre
S’il ne peut lire ni écrire son propre nom
Au Kébèk une personne sur cinq est analphabète
Et tout le tour de cette planète
Une personne sur deux signe son nom par une croix

Sans la souveraineté de sa langue une nation
Ne peut évoluer vers la clarté de son identité
Notre patrimoine, nos coutumes, nos traditions,
Nos symboles, notre environnement, nos valeurs
Constituent l’héritage des ancêtres qui nous ont élevés
À la hauteur des rêves qui feront notre bonheur

Chacun chacune de nous est le Kébèk
Belle journée pour se donner des beaux becs
Monter en amour avec notre patrie
Se souvenir de notre ultime désir :
DEVENIR UN PAYS


Raôul Duguay (juin 2015)