<body>


Le spectacle J'ai soif : « Un très beau cadeau »

Commentaire de Marilou Brousseau après avoir assisté au spectacle de Raôul le 26 février à Val Morin.

J’arrive de Val Morin. Autant l’annoncer d’entrée de jeu : ta performance au Théâtre des Marais a été stupéfiante, prenante, touchante, énergisante... La dernière fois que je t’ai vu en spectacle, je devais avoir quinze ans. De nombreuses années séparent ces deux spectacles. Quelle maturité! Quelle tendresse! Quelle intensité! Tout était si bien dosé ce samedi : tes préoccupations sociales, ta spiritualité, ta folie contagieuse, ton univers musical magique (trompette, chants, musique)… Et que dire de ton charisme, de ton magnétisme puissant? À peine entré, tu as conquis la salle par tes « allllllôôôôôôô », par ta présence à « l’autre », par ta sensibilité bien intégrée, mais touchante, et ce, jusqu’à la fin.

Tu portais si bien le message de « l’eau » que, pendant un moment, il y a eu confusion dans mon esprit et j’ai ressenti une grande émotion montée en moi. Je retrouvais, tout à coup, par la magie de l’imagination, le « Chanteur de l’Eau », celui qui a compris le message si lointain d’une amérindienne pleurant l’inconscience et les « eaux fragiles » d’aujourd’hui. Merci pour : « La soif », « La mer à boire », « Un peu d’eau », « La marée aux mille vagues », « L’eau de Noé », et ma préférée : « La rivière. » TU ES l’alliance entre le passé et le futur, c’est toi qui amènes « l’eau au moulin » des consciences endormies.

Je dois aussi te parler de ta voix. D’accord, elle a des registres étendus, une force surprenante, mais surtout, une expression affective si unique qu’elle captive tout en demeurant un intrigant mystère. Elle a rouuuuulé la voix de Raôuuuuuuul… Elle a aimé la vie et continue de répandre ses magnifiques timbres. Elle me semblait émaner de si loin… et être si présente… Aussi, en parallèle, impossible de mettre en marge ce grand amour que tu portes pour la vie. Il brille comme le fleuve Saint-Laurent au lever de l’aurore.

Comme tu le constates, une écrivaine ne peut écrire que ces cinq mots : BRAVO pour ton magnifique spectacle! Elle a l’obligation heureuse de s’étendre et de réfléchir sur les beautés de la créativité humaine : la tienne. Merci Raôul pour ce magnifique « voyage » dans ton univers. Tu m’as fait un très beau cadeau.

Marilou Brousseau